Semaine de la Couture : Rencontre avec Muriel Piaser, la fondatrice du trunkshow Precious Room

Precious Room

Alors que Precious Room, son trunkshow dédié à la joaillerie, s’apprête à souffler sa première bougie, Muriel Piaser nous reçoit pour faire le point sur les tendances à venir et sur ses coups de cœur de la saison. L’occasion aussi de faire le bilan, un an après le lancement de ses rencontres exclusives sous le label Precious Room.

Auteur Par Marie-Caroline Selmer

Portrait-Muriel-Piaser

The Eye of Jewelry : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Muriel Piaser : Après 15 ans passés dans l’univers des salons professionnels, et plus particulièrement du Prêt-à-Porter et de l’accessoire femme, j’ai eu envie de partager différemment mon expérience de l’industrie de la mode. C’est pourquoi j’ai fondé en 2008 mon cabinet de consulting, et me suis spécialisée dans le coaching des marques. Au quotidien, mes missions peuvent prendre plusieurs formes : les accompagner à ouvrir de nouveaux marchés, les préparer à rencontrer des acheteurs… J’interviens tant sur la partie stratégie que sur les process.

Theiofj :  En janvier 2019, vous avez lancé « Precious Room », un format inédit dédié à la fine jewelry. Comment avez-eu l’idée de ce concept ?

MP : Cela faisait quelques années que j’avais envie de revenir au bijou, un secteur qui me passionne, mais dans un autre format que celui que j’avais pu proposer à l’époque de The Box. Depuis le rachat de The Box par Who’s Next, il manquait un lieu à Paris pour que les marques puissent présenter leurs collections. L’idée était de leur donner une véritable alternative entre le salon traditionnel, où les marques de fine sont souvent noyées dans un univers trop fantaisie, et la présentation individuelle en show-room qui a tendance à les isoler.

Precious Room
Precious Room

Theiofj : En quoi « Précious Room » casse les codes du salon traditionnel ?

MP : Déjà par son positionnement dans l’année. Grâce à mon expérience des salons, je savais que le calendrier de la Fashion Week parisienne de mars et septembre était saturé ; aussi j’ai décidé de faire coïncider mon évènement avec la Couture et la présentation des pré-collections. En termes d’image, on est spontanément associé à l’univers du luxe – ce qui n’est pas négligeable – et surtout le climat est absolument différent : les acheteurs ont davantage de temps et les budgets ne sont pas encore arrêtés. Il reste de la place pour dénicher des marques coup de cœur ! Précious Room se démarque aussi par son format d’une journée, un pari audacieux lorsqu’on sait que la majorité des salons se déroule sur une semaine ; et enfin le cadre hors norme de l’écrin du Palais Vivienne.

Theiofj : Quel a été votre plus gros challenge lors du lancement ?

MP : Sans hésiter, celui de tenir ma promesse, tant auprès des marques, que des acheteurs. J’ai eu la chance d’être suivie dès la première édition par des marques très influentes, comme Jacquie Aiche ; cela m’a permis de positionner comme je le souhaitais cet évènement : un mix entre un incubateur de tendances, un lieu spécifique à fine jewelry où les acheteurs viennent dénicher des coups de cœur, et où les marques décrochent des nouveaux partenariats et points de vente. C’est le business qui se créé à Precious Room qui fait la preuve du concept.

Theiofj : Quels sont les critères pour qu’une marque participe à Precious Room ?

MP : Je sélectionne les marques qui ont un univers très fort, qui proposent un vrai parti pris créatif. Avant tout, je recherche l’effet « wahou » : ce petit plus qui va attirer le regard de l’acheteur et lui donner l’envie d’essayer les bijoux. A chaque édition, je compose ma sélection de marques comme si je préparais un édito mode : je veille à associer des marques reconnues, comme AS29 ou Atelier Paulin, et des talents à suivre comme Malvensky ou Céline Daoust.

Theiofj : Justement, quelles sont les grandes tendances qui se dégagent pour cette nouvelle édition ?

MP : Il y a une vraie demande de bijoux fins et délicats, à porter à même la peau; et en parallèle, un désir autour de pièces beaucoup plus généreuses par leurs volumes. Je note également un engouement pour des bijoux qui revisitent les symboles, comme la ligne Santos y Cielos que présente Colette Jewelry et qui s’inspire des médailles religieuses. Après la mode des chakras, qu’on a beaucoup vu, d’autres symboles, notamment religieux, viennent enrichir le répertoire des marques.

Colette - Santos y Cielos
Colette – Santos y Cielos

Theiofj : Quelles sont vos trois marques coup de cœur cette saison ?

MP : C’est toujours difficile de choisir mais j’avoue un faible pour Persée, Colette Jewelry et Marc Deloche, qui dévoilera en avant-première une collection de pièces plus accessibles qu’à l’accoutumée, créées spécialement pour ce rendez-vous de janvier.

Theiofj : Quels sont vos objectifs pour le développement de Precious Room?

MP : J’ai l’ambition de faire de Precious Room une marque globale qui se décline en évènements BtoB – comme c’est le cas des trunkshow de janvier et juillet – et en rendez-vous BtoC. On m’a déjà proposé d’ouvrir des pop-up dans des malls ou dans des department store, les discussions sont en cours. A horizon court terme, je peux déjà vous annoncer que Precious Room participera à la Fashion Week de Monte-Carlo en mai prochain, avec une sélection de marques qui proposeront directement aux particuliers leurs collections. Un nouveau format qui s’annonce tout aussi passionnant!

Share this post on social networks: